Chapitre VII & La Chapelle Seigneuriale & Les vitraux.

LA CHAPELLE SEIGNEURIALE (11) (12) (13)
La 5éme campagne des travaux en 1545 (vitraux datés)

 La Chapelle Seigneuriale a perdu tous ses titres de noblesse puisqu’elle a été transformée en sacristie par les restaurateurs, après la guerre 39/45. La Picardie Historique et Monumentale la décrit ainsi: 

 «La Chapelle Seigneuriale n’appartient pas à la construction primitive et ne fut pas prévue tout d’abord dans le plan de l’architecte ; les traces de reprise demeurent très visibles à l’extérieur (11) On aurait formé le projet de la voûter comme le prouvent les culots d’angles et les amorces des nervures (12) Elle se fait remarquer par le beauté des vitraux qui garnissent ses deux fenêtres et par la présence d’une cheminée (13) Les cheminées de chapelle seigneuriale sont assez rare ; on en voit a PIERREFONDS, à l’église de BROU, à FRESSIN dans le Pas-De~Calais et dans notre région, à VILLERS-CAMPSART ; mais il ne faut pas s’étonner de trouver une ressemblance entre les chapelles des deux églises de Villers et d’Huppy car les mêmes seigneurs (les La Rivière) possédèrent les deux fiefs » (fin de citation de la P.H.M)
De nos jours, on ne peut plus parler de chapelle seigneuriale. Un épais mur a remplacé l’arc qui faisait communiquer le chœur et la chapelle et qui devait être garni d’une grille pour en interdire l’accès aux fidèles. Un restant de cet arc est encore visible à l’intérieur du coté de la culée Sud-Est de la voûte prévue mais jamais réalisée. Une porte basse est percée dans ce mur, elle est fermée d’une grille en fer forgé posée en 1984, par l’A.S.PA.C.H. Le plafond jadis en solives et poutres apparentes est aujourd’hui fait de solives recouvertes d’isorel, une trappe d’accès aux combles est située dans l’angle Sud-Est. Les départs de voûte, gerbes sur culots, ont été conservés dans trois angles : NO – NE – SE. Il n’y a plus de traces dans l’angle SO, les murs ayant été refaits sur toute leur hauteur. La cheminée elle non plus n’a pas été reconstruite, cela est bien dommage puisqu’elle était un cas presque unique. La porte sur le mur Nord qui donnait jadis accès au château a été préservée. Le linteau intérieur est à l’horizontal tandis que l’extérieur a conservé son arc mouluré qui passe «en pénétration» au travers du bandeau-larmier de l’appui de la fenêtre.
Les fenêtres E et F comportent encore les neuf panneaux comme à l’origine quand les verrières historiées les garnissaient. Les deux verrières datées de 1545 ont été reposées dans le chœur de l’église aux baies l et J. Sur les murs Nord et Est, le bandeau-larmier a été restauré alors que les murs Sud et Ouest n‘en possèdent pas, ayant été pour le mur Ouest refait sans la cheminée et pour le mur Sud créé de toute pièce à la restauration. Les archivoltes des fenêtres Nord et Est ont elles aussi été conservées.
De nos jours, un meuble récupéré par l’Abbé Yves MOREL chez les petites sœurs des pauvres d’Amiens, remplace sur le mur Ouest, la cheminée. Un évier a été également posé par l’A.S.P.A.C.H dans l’angle NE pour faciliter le travail des femmes chargées de fleurir l’église. En avril 2004, les fenêtres sont encore garnies de verres cathédrale en attendant des verrières en grisaille comme la nef (mais quand ?) Comme dans le reste de |’église, le sol est encore en béton brut en attendant un dallage digne de l’édifice.
Mesures intérieures de cette chapelle : 3,35 m x 4,30 m.

ASPACHuppy

Le vitrail de 1545 en place dans la chapelle seigneuriale avant mai 1940.

Héliogravure DUJARDIN  ASPACHuppy